LA CHASSE AU NEGRE DE FELIX MARTIN

MARTINfond-gris-522x366chassseaunègre

111336202_o

Charles-Marie-Félix MARTIN (Neuilly-sur-Seine, 1844 – Paris, 1916)
La Chasse au nègre, 1873
Marbre
H. 109 ; L. 181 ; P. 85 cm

Une Histoire de l’oeuvre :

cf : http://www.roubaix-lapiscine.com/collections/sculptures/charles-marie-felix-martin-neuilly-sur-seine-1844-paris-1916/

cf : http://www.raphaeleadjobi.com/archives/2016/06/23/34400414444.html

Dans son article. R. Adjobi explique notamment :

« C’est en 1873 que cette œuvre très expressive témoignant de la brutalité de l’esclavage dans les Amériques et les îles des Caraïbes a été réalisée. Elle rappelle les gros chiens de chasse importés d’Europe et des Etats-Unis puis dressés par les colons pour dénicher dans les bois et les ravins les esclaves fugitifs. Voici le témoignage d’un officier anglais sur l’éducation de ces molosses : « Quand ils commençaient à grandir, on leur montrait de temps en temps au-dessus de la cage la figure d’un nègre tressée en bambou.Le mannequin était bourré à l’intérieur de sang et d’entrailles. Les chiens s’irritaient contre les barrières qui les maintenaient en captivité…. Enfin, on leur jetait le mannequin. Et tandis qu’ils le dévoraient avec une voracité extrême cherchant à tirer les intestins, leurs maîtres les encourageaient avec des caresses… Quand on jugeait cette éducation complète, on les envoyait à la chasse… Ces limiers retournaient ensuite au chenil les mâchoires hideusement barbouillées de sang ». Un corps de métier est d’ailleurs né de cette pratique : les chasseurs d’esclaves ou rancheadores en espagnol. (…)

Malheureusement, au début du XXe siècle, précisément en 1931, la France célèbre avec faste le rayonnement de son empire mondial en organisant une grande exposition coloniale à Paris. Et au nom de ce qu’elle appelait sa mission civilisatrice à travers le monde, il fallait effacer les traces de tout ce qui pourrait faire polémique. Le préfet de l’Eure est alors sommé de choisir entre retirer l’œuvre du musée ou changer son titre. Une lettre écrite le 8 février 1932 par l’Institut colonial au Ministère de l’instruction publique et des Beaux-arts en témoigne : « Quelque puisse être le mérite artistique de l’œuvre en question, et peut-être même pour cette raison, il nous paraît que le sujet qui l’a inspirée présente quelque chose de douloureux pour notre conscience nationale et de profondément blessant pour notre doctrine coloniale ». (…)

« La chasse au nègre » devient alors « Un Noir attaqué par un molosse ». C’est dire que l’œuvre est alors réduite à une scène anecdotique et n’a plus d’intérêt que par sa pureté plastique. C’est ainsi que s’accomplit la volonté de l’Etat d’effacer de notre mémoire commune cette réalité de l’histoire de l’esclavage.

Mais pour que le résultat de cette volonté soit parfait, les autorités vont aller plus loin dans la déchéance de cette sculpture. Celle-ci est bientôt retirée du musée et installée à l’hôtel de ville d’Evreux à l’entrée de la cantine des employés de la mairie où elle est superbement ignorée de tous. Elle atteint alors le stade suprême de la banalité comme le voulaient l’Institut colonial et le Ministère de l’Instruction et des Beaux-arts.

C’est seulement soixante-neuf ans plus tard, en 2001, lors de l’inauguration du nouveau musée réalisé dans l’ancienne piscine de la ville de Roubaix que la sculpture de Félix Martin va pour ainsi dire renaître de ses cendres et retrouver son intérêt historique. C’est là que « La chasse au nègre », en quittant Evreux, va retrouver son titre d’origine et sa dimension militante en devenant un véritable manifeste contre la violence raciale et faire l’objet d’un documentaire de la télévision nationale en mars 2016. »

De la science à plein pot ! |
Mineralurgie |
Nous, Aides et assistantes ... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | JB et son stage d'ingé
| Cours de Mathématiques de 6...
| Cours de Mathématiques de 5...